Priorité 4 : Prévenir les risques sanitaires liés à l’environnement sonore

- Agrandir l'image, .JPG 129Ko (fenêtre modale)

Pourquoi cette priorité ?

Le bruit, considéré comme la première source de nuisance environnementale, est aussi un risque pour la santé.

Son impact sur l’audition, lorsque les niveaux sont élevés, est le plus souvent irréversible (surdité, hyperacousie, acouphènes). Les jeunes sont une population à risque : écoute de musique forte dans les casques audio, fréquentation de bars, discothèques, concerts, soirées, pratiques musicales…

10 % des lycéens présentent un déficit auditif pathologique (1998)

Notre environnement sonore est également intense et lié à l’urbanisation et aux activités humaines. Il peut entraîner une perturbation du sommeil, des effets physiologiques et atteindre la santé mentale. La prévention est le seul moyen efficace de se protéger.

54 % des ménages sont indisposés par le bruit en ville (2001)

Objectifs

Poursuivre la sensibilisation des jeunes sur les risques auditifs dans les lieux bruyants liés à l’écoute ou à la pratique de musique amplifiée.

Améliorer la prise en compte du bruit dans les documents de planification et d’aménagement urbains.

Partenaires

  • Associations d’éducation à la santé ou à l’environnement
  • Collectivités territoriales
  • Conseil régional
  • Éducation nationale
  • Organisateurs de spectacles
  • Préfectures…