Santé des jeunes

La région Rhône-Alpes compte au 1er janvier 2007, 787 027 jeunes âgés de 15-24 ans, soit 13% de la population régionale, part équivalente au niveau national. Région attractive pour cette tranche d’âge la région Rhône-Alpes est la région la plus jeune d’une grande moitié sud de la France et présente un taux annuel de croissance des 18-24 ans parmi les plus élevés de France. A l’intérieur de la région, la part de jeunes de 15-24 ans dans la population varie entre 15% dans le territoire Centre à 11% dans le territoire Sud.

Parmi les jeunes Rhônalpins de 15-24 ans sortis du système scolaire en 2007, 17% sont sans diplôme (plus de 19% dans le territoire Sud contre moins de 16% dans l’Est), près d’un quart en sortent avec un niveau Baccalauréat et un peu moins avec un niveau au moins Bac + 2. Le Centre, territoire de fortes disparités, présente à la fois la part de haut diplômés la plus élevée et une part de sans diplôme forte.

Parmi les jeunes actifs (occupant un emploi ou à la recherche d’un emploi), le taux de chômage en Rhône-Alpes  est de 18% (62 000 demandeurs d’emploi chômeurs sur une population de 280 800 actifs de 15-24 ans). Ce taux est plus important dans le territoire Sud (24%) et plus faible dans les territoires du Nord et de l’Est (moins de 16%). Parmi les jeunes actifs occupant un emploi, 50% sont en CDI. A noter la part importante des CDD et contrats saisonniers sur l’Est (25%).

Une bonne santé générale

L’analyse de l’état de santé des jeunes montre que la majorité d’entre eux sont en bonne santé. Les comportements à risque et les troubles de santé mentale (du simple mal-être à la pathologie psychiatrique) sont à l’origine d’une part importante des problèmes de santé des jeunes. Ainsi, en termes de mortalité, les accidents et les suicides représentent plus de 60% des décè

Mortalité

En Rhône-Alpes, 361 jeunes de 15-24 ans sont décédés chaque année entre 2000 et 2008, soit 46 décès pour 100 000 jeunes (contre 50 au niveau national). Les territoires Nord et Sud sont ceux qui observent les taux de mortalité les plus élevés (respectivement 62 et 59) en lien avec une mortalité liée aux accidents de la circulation élevée. Ceux-ci, première cause de décès, sont à l’origine de 36% des décès (et respectivement 43 et 41% dans les territoires susmentionnés). Les suicides représentent 14% des décès, les accidents de la vie courante 11% et les tumeurs 8%. Le poids des accidents de la circulation reste donc important malgré une évolution favorable marquée (baisse en 26 ans de 70% des décès et de 

Santé mentale

Les problématiques de santé mentale représentent la première cause d’admission en affection de longue durée (960 admissions par an chez les jeunes de 15-24 ans en Rhône-Alpes, soit 120 pour 100 000 jeunes et près de 40% du total des admissions en ALD). Le territoire Nord présente un taux élevé par rapport aux autres territoires (162 admissions pour 100 000). Toujours dans le domaine de la santé mentale, on dénombre 50 suicides et plus de 1 800 hospitalisations pour tentatives de suicide chez les jeunes rhônalpins. Les taux correspondant apparaissent plus élevés sur les territoires Sud et Nord.  Enfin entre 1 et 2% des jeunes de cette tranche d’âge suivent un traitement psychotrope régulier.

Addictions

En ce qui concerne les addictions, les jeunes Rhônalpins (en particulier les jeunes de 17 ans ciblés par les enquêtes Escapad*) présentent des usages de produits psychoactifs dans l’ensemble peu différents de ceux observés sur l’ensemble du territoire national, même si quelques niveaux d’usage s’avèrent significativement différents : le tabagisme quotidien est moins fréquent en Rhône-Alpes qu‘en France alors que les ivresses répétées et les épisodes ponctuels sévères de consommation d’alcool s’y révèlent plus élevés. En 2008, les comportements observés ont évolué par rapport à 2005. Seul phénomène en hausse au cours de cette période, les épisodes ponctuels sévères et répétés de consommation d’alcool (au moins 3 fois dans le mois) concernent plus de jeunes aussi bien en Rhône-Alpes (22% contre 19% en 2005) qu’en France métropolitaine (20% contre 18%). La part de jeunes présentant des ivresses répétées est restée stable entre ces deux dates, alors que l’usage quotidien de tabac, l’usage régulier d’alcool, l’expérimentation et l’usage régulier du cannabis ont baissé durant cette période.

Les deux départements du sud et la Haute-Savoie semblent plus concernés que les autres départements de la région pour les problématiques de consommation d’alcool et on retrouve l’Ardèche pour la consommation régulière de cannabis. Pour ce dernier produit, entre 4 et 5 jeunes de 17 ans sur 10 en ont déjà consommé et 7% en consomment régulièrement.

Malgré une prévalence déclarée de la contraception élevée, plus de 6 700 IVG ont été réalisées en moyenne chaque année entre 2005 et 2009 auprès de jeunes rhônalpines de 15 à 24 ans, soit 17 IVG par an pour 1 000 jeunes filles. Sur cette période on n’observe pas, au niveau régional, de tendance évolutive de ce taux. Par ailleurs, ces taux apparaissent plus faibles sur le territoire du Nord (bien que les taux y ont augmenté) et sur le territoire Ouest.