Troubles du sommeil | Comptage des moutons

Troubles du sommeil | Comptage des moutons
4.5 (90.67%) 30 votes

De nombreuses personnes ont parfois du mal à dormir. Le sommeil peut être perturbé pour plusieurs raisons. Généralement, cela est dû au stress ou à un horaire de travail serré. Parfois, cela est dû à une maladie, à un voyage ou à une interruption temporaire de votre quotidien. Lorsque les problèmes de sommeil deviennent fréquents et commencent à perturber votre vie quotidienne, vous souffrez peut-être d'un trouble du sommeil.

Les troubles du sommeil doivent être pris très au sérieux car ils peuvent causer beaucoup plus que la somnolence diurne. S'ils ne sont pas traités de manière appropriée et en temps voulu, ils auront un impact négatif sur votre santé mentale et physique. Un mauvais sommeil peut entraîner des problèmes de mémoire, un gain de poids, de l'irritabilité et bien plus encore. Le manque de sommeil aura également un impact important sur votre énergie et votre humeur.

Si vous avez un problème de sommeil, il n’est pas nécessaire d’accepter simplement votre destin et de vivre avec. Découvrez ce que vous pouvez faire pour mieux dormir et améliorer votre santé et votre bien-être en général.

Sommaire

Qu'est-ce qu'un trouble du sommeil ou un problème de sommeil?

Avoir un trouble du sommeil signifie que vous souffrez d'une maladie qui affecte régulièrement votre capacité à obtenir suffisamment de shuteye. Il est normal d'avoir parfois de la difficulté à s'endormir. Cependant, ce n'est pas normal si vous avez des problèmes de sommeil réguliers et que vous vous réveillez tous les jours fatigué et épuisé.

Être privé de sommeil peut affecter gravement tous les aspects de votre vie. Lorsque vous dormez mal la nuit, vous vous réveillez fatigué le matin et le peu d'énergie qu'il vous reste sera rapidement drainé par vos activités et obligations quotidiennes. Ensuite, même si vous êtes épuisé, vous ne pouvez toujours pas vous endormir la nuit. Avant même de vous en rendre compte, vous êtes pris au piège d'un cercle vicieux qui vous consume lentement et nuit à votre humeur, à votre énergie, à votre efficacité et à votre capacité à gérer le stress.

Les problèmes de sommeil ne doivent pas être ignorés car ils peuvent entraîner de graves problèmes de santé physique et mentale. Le manque de sommeil entraînera un gain de poids, une performance professionnelle altérée, des problèmes de mémoire, etc. En raison de la privation de sommeil, vous ne pourrez pas vous concentrer et rester alerte, ce qui augmente votre risque de provoquer un accident. Votre vie sociale peut également en souffrir en mettant une pression sur vos relations. Pour rester en bonne santé, vous avez besoin d'un sommeil de qualité. Gardez toujours à l'esprit qu'un sommeil de qualité n'est pas un luxe mais une nécessité.

Même si vous avez eu des problèmes de sommeil pendant très longtemps, il n’est jamais tard de faire quelque chose. Afin de mieux dormir, il est important de suivre vos symptômes et vos habitudes de sommeil. Des changements sains dans vos habitudes de la journée, votre routine du coucher et votre horaire veille-sommeil devraient également vous aider. Si l’auto-assistance ne fonctionne pas, il est temps de faire appel à des médecins spécialistes de la médecine du sommeil. Un spécialiste du sommeil pourra vous aider à identifier la cause de votre problème de sommeil, ainsi que les moyens d'améliorer votre sommeil et votre qualité de vie.

Signes et symptômes d'un trouble du sommeil

Comme tout le monde a parfois un problème de sommeil, il peut être difficile de déterminer si vos troubles du sommeil ne sont qu’une gêne mineure ou un signe d’un trouble plus grave. Dans certains cas, les difficultés de sommeil peuvent également être un signe d'un problème de santé sous-jacent.

Si vous rencontrez les symptômes suivants, vous devriez examiner de plus près votre problème de sommeil.

  • Vous avez sommeil pendant la journée
  • Vous vous sentez irritable pendant la journée
  • Vous avez des difficultés à rester éveillé pendant la journée, surtout lorsque vous êtes assis (par exemple lorsque vous regardez la télévision ou lisez)
  • Vous vous sentez très fatigué au volant
  • Vous avez des problèmes de concentration
  • Les autres vous disent souvent que vous avez l'air fatigué
  • Vos réactions sont lentes
  • Vous avez du mal à contrôler vos émotions
  • Vous ne pouvez pas bien gérer le stress
  • Vous sentez que vous avez besoin d'une sieste tous les jours
  • Vous avez besoin de boissons contenant de la caféine pour survivre toute la journée

Si vous présentez tous les jours l'un des symptômes ci-dessus, nous avons une mauvaise nouvelle: vous souffrez peut-être d'un trouble du sommeil. Plus vous avez répondu par l'affirmative, plus vous avez de problèmes graves.

Types de troubles du sommeil courants

Il existe plus de 96 différents troubles du sommeil pouvant être diagnostiqués. Cependant, les plus courantes sont l'insomnie, l'apnée du sommeil, le syndrome des jambes sans repos et la narcolepsie.

Un rythme circadien perturbé provoque la plupart des troubles du sommeil. Le rythme circadien est l’horloge interne de notre corps qui est responsable de la régulation de notre cycle de sommeil et de veille de 24 heures. La lumière naturelle influence considérablement notre rythme circadien. Quand il y a moins de lumière, une hormone qui nous rend somnolents, la mélatonine, se libère. Le matin, la libération de mélatonine est diminuée, ce qui indique à notre cerveau qu'il est temps de se réveiller.

Source: Wikipedia

Si votre rythme circadien est perturbé, vous vous sentirez somnolent à des moments inconvenants, désorienté et irritable. La perturbation du rythme circadien peut être causée par de nombreuses raisons, et même par d'autres maladies telles que la dépression, le trouble bipolaire et le trouble affectif saisonnier, également appelé blues de l'hiver.

La DSII a classé les troubles du sommeil en six catégories principales – insomnie, troubles respiratoires liés au sommeil, troubles centraux de l'hypersomnolence, troubles du rythme veille-sommeil du rythme circadien, parasomnies et troubles du mouvement liés au sommeil.

Insomnie

L'insomnie est l'incapacité de s'endormir ou de rester endormi la nuit. Ce problème de sommeil peut être causé par le stress, le jet jambe ou un autre problème de santé. Les médicaments que vous prenez affectent également votre sommeil. Consommer trop de café et d’autres boissons contenant de la caféine provoquera également une insomnie. Les troubles de l'humeur tels que la dépression et l'anxiété peuvent également causer de l'insomnie.

Les personnes souffrant d'insomnie présentent les symptômes suivants:

  • Difficultés à s'endormir
  • Difficultés à rester endormi
  • Se réveiller au milieu de la nuit
  • Se réveiller trop tôt le matin
  • Se sentir fatigué et épuisé le matin

Types d'insomnie

L'insomnie peut être primaire et secondaire. L'insomnie primaire n'est pas directement associée à un autre problème de santé ou à une maladie. L'insomnie secondaire signifie que vos problèmes de sommeil sont causés par une autre maladie, telle que l'asthme, la dépression, l'arthrite, les brûlures d'estomac, la douleur, etc.

L'insomnie peut aussi être aiguë et chronique. L'insomnie aiguë est de courte durée et dure généralement d'une nuit à deux semaines, alors que l'insomnie chronique est de longue durée et peut durer de trois nuits à un mois ou plus.

Causes de l'insomnie

L'insomnie aiguë peut être causée par de nombreuses raisons, généralement dues à un stress grave de la vie. Il peut également être causé par un inconfort physique ou émotionnel, ainsi que par une maladie. Des facteurs environnementaux tels que le bruit, une lumière vive ou des températures extrêmes peuvent également perturber votre sommeil. L'insomnie chronique, entre autres, peut être causée par la dépression, le stress chronique et la douleur.

Diagnostiquer l'insomnie

Pour diagnostiquer l'insomnie, il est essentiel de consulter votre médecin. Le diagnostic de cette maladie nécessite un examen physique et une vérification de vos antécédents médicaux et de votre sommeil. Tenue d'un journal de sommeil et suivi de vos habitudes de sommeil, ainsi que de ce que vous ressentez pendant la journée est souvent nécessaire pour diagnostiquer l'insomnie. Si vous couchez avec votre partenaire, votre médecin devra peut-être l'interviewer pour en savoir plus sur la qualité de votre sommeil. Il n'est pas rare que vous deviez vous rendre dans un centre du sommeil et passer des tests spéciaux.

Traitement de l'insomnie

Dans la plupart des cas, l’insomnie aiguë ne nécessite pas de traitement. Les personnes souffrant d'insomnie légère peuvent souvent atténuer les symptômes en adoptant de bonnes habitudes de sommeil. Si les habitudes de sommeil ne fonctionnent pas, votre médecin peut vous prescrire des somnifères. L'utilisation de somnifères en vente libre n'est pas judicieuse car ils ont de nombreux effets secondaires désagréables le jour suivant. Gardez à l'esprit que prendre des somnifères n'est pas une solution à long terme à votre problème. Au fur et à mesure que vous développez la tolérance, tous les somnifères perdent de leur efficacité avec le temps.

Pour traiter l'insomnie chronique, votre médecin doit déterminer la cause sous-jacente qui en est la cause. Si l'insomnie persiste, votre médecin peut vous recommander une thérapie comportementale. La thérapie comportementale vise à vous aider à modifier les comportements susceptibles d’aggraver l’insomnie et à apprendre de nouveaux comportements qui favorisent un meilleur sommeil.

Apnée du sommeil

L'apnée du sommeil est un trouble du sommeil très commun et traitable. Les personnes souffrant de cette maladie se réveillent fréquemment pendant la nuit parce que leur respiration s'arrête temporairement. Les personnes atteintes d’apnée du sommeil ne se souviennent souvent pas de leur réveil, mais elles se sentiront certainement fatiguées le matin et constateront une baisse de leur productivité. L’apnée du sommeil est un problème de santé qui doit être pris au sérieux, en particulier parce qu’elle peut mettre la vie en danger. L'apnée du sommeil peut être obstructive et centrale.

Apnée obstructive du sommeil

L'apnée obstructive du sommeil survient parce que quelque chose bloque partiellement ou totalement les voies respiratoires supérieures pendant le sommeil. Cela oblige le diaphragme et les muscles thoraciques à travailler plus fort pour ouvrir les voies respiratoires obstruées et aspirer de l'air. Dans ces cas, la respiration reprend avec un sniff, un souffle sourd ou parfois un jerk. Même si vous ne dormez pas bien, vous ne le saurez probablement pas. Si l’apnée obstructive du sommeil n’est pas traitée, elle continuera à réduire le flux d’oxygène vers les organes vitaux, ce qui peut entraîner des rythmes cardiaques irréguliers.

Symptômes de l'apnée obstructive du sommeil

Les signes d'apnée obstructive du sommeil sont les suivants:

  • Somnolence ou fatigue pendant la journée
  • Sécheresse de la bouche et maux de gorge le matin
  • Maux de tête du matin
  • Sueurs nocturnes
  • Agitation pendant le sommeil
  • Ronflement
  • Se réveiller soudainement à cause d'une sensation d'étouffement ou d'étouffement

Les symptômes chez les enfants sont différents de ceux des adultes. Ils comprennent les éléments suivants:

  • L'énurésie nocturne
  • Étouffement ou bave
  • Sueurs nocturnes
  • La cage thoracique se déplace vers l'intérieur lors de l'expiration
  • Somnolence (souvent interprétée à tort comme de la paresse)
  • Ronflement
  • Grincement des dents
  • Agitation au lit
  • Positions de sommeil inhabituelles (dormir à quatre pattes ou le cou en extension)

Les personnes qui partagent leur lit avec quelqu'un ont de la chance car leur partenaire remarquera probablement ces symptômes. Les parents qui soupçonnent que leurs enfants pourraient avoir l'apnée du sommeil devraient les examiner du jour au lendemain.

Auto-tests d'apnée du sommeil

À l'heure actuelle, les auto-tests les plus fiables pour l'apnée du sommeil sont l'échelle de somnolence d'Epworth, le questionnaire sur le sommeil de Berlin et le test STOP-BANG.

L'enquête STOP-BANG est un auto-test permettant d'évaluer les chances de souffrir d'apnée du sommeil. Cependant, pour obtenir un diagnostic correct, vous devez consulter un médecin. Votre médecin décidera si vous avez besoin d'une évaluation plus poussée. Si vous souffrez d'apnée obstructive du sommeil, des tests supplémentaires seront nécessaires.

Qui a un risque élevé d'apnée du sommeil?

Faites attention aux cinq critères suivants qui augmentent votre risque d’apnée du sommeil:

IMC élevé: L’embonpoint ou l’obésité ne signifie pas nécessairement que vous aurez l’apnée du sommeil. Toutefois, un surplus de poids augmente considérablement vos risques, car il exerce une pression supplémentaire sur votre système respiratoire et rend la respiration plus difficile la nuit.

Un grand tour de cou: Si un homme a un cou de 17 pouces ou plus de circonférence, son risque d'apnée du sommeil est accru. Une femme dont le cou mesure 16 pouces ou plus est également à risque. Les risques sont accrus en raison du poids du cou qui pousse les voies respiratoires pendant le sommeil.
Ronflement: le ronflement intense devrait vous inquiéter car c'est un premier indicateur du fait que vous ne respirez pas librement.

Tabagisme et alcool: Puisque l'alcool détend les muscles de la gorge, ceux-ci peuvent obstruer plus facilement les voies respiratoires. Les fumeurs courent également un risque, car le tabac irrite et enflamme les voies respiratoires supérieures.
Une petite voie respiratoire: Si vos voies respiratoires supérieures sont naturellement plus petites, vous pourriez avoir de la difficulté à respirer la nuit.

Comme vous pouvez le constater, l’apnée du sommeil est plus probable si vous êtes en surpoids et si vous avez un cou épais et large. En outre, cette condition est plus fréquente chez les hommes de plus de 50 ans.

Il est évident que vous ne pouvez pas modifier la taille de votre cou et de vos voies respiratoires. Cependant, vous pouvez apporter certains changements à votre mode de vie, comme perdre du poids et réduire la consommation de cigarettes et d'alcool afin de réduire les risques d'apnée du sommeil.

En plus des voies respiratoires plus petites dans la gorge, le nez et la bouche, les personnes présentant des amygdales dilatées, la luette et le voile du palais courent également un risque plus élevé d’AOS. Une langue plus grande que la moyenne peut parfois aussi bloquer les voies respiratoires. Enfin, un septum dévié peut provoquer une apnée obstructive du sommeil. En plus des facteurs mentionnés, le tabagisme, le diabète, l'hypertension et les maladies cardiaques sont d'autres facteurs de risque.

Diagnostic d'apnées du sommeil

Le diagnostic de ce trouble du sommeil nécessite un examen physique et une vérification de vos antécédents médicaux et de votre sommeil. On demandera probablement à votre partenaire de lit pour plus d'informations sur vos habitudes de sommeil. Dans de nombreux cas, une étude du sommeil devra être effectuée chez vous ou dans un centre du sommeil. Une étude du sommeil nécessite le port de dispositifs permettant de surveiller le débit d'air, les schémas respiratoires, la fréquence cardiaque, l'activité musculaire, l'activité cérébrale, etc. L'étude est nécessaire afin de déterminer combien de fois votre respiration a été affectée pendant votre sommeil.

Traitement de l'apnée du sommeil

Dans 90% des cas, perdre du poids fera la différence. Les personnes souffrant d'apnée du sommeil doivent éviter l'alcool et les somnifères, car ceux-ci ont tendance à provoquer l'affaissement des voies respiratoires pendant le sommeil. Il n'est pas recommandé de dormir à vos côtés. Si vous avez des problèmes de congestion nasale, l'utilisation de sprays nasaux est recommandée pour faciliter la respiration.

Les traitements standard incluent la thérapie de pression positive des voies aériennes, la thérapie de pression orale, les appareils buccaux, la chirurgie et la thérapie comportementale.

La machine CPAP est un appareil composé d’un masque et d’un ventilateur. Étant donné que le souffleur d'air force de manière continue l'air à travers le nez ou la bouche, il empêchera les tissus de vos voies respiratoires supérieures de tomber pendant le sommeil. Le système BPAP est un dispositif similaire au CPAP qui possède deux niveaux de circulation d’air.

Les personnes souffrant d'apnées légères du sommeil peuvent utiliser des appareils buccaux, tels que des appareils dentaires ou mandibulaires, qui empêcheront leur langue de boucher la gorge. Ces dispositifs aident les voies respiratoires à rester ouvertes pendant le sommeil.

La chirurgie est recommandée aux personnes qui ont un septum dévié, une petite mâchoire inférieure, des végétations adénoïdes qui doivent être enlevées, une hypertrophie des amygdales ou un tissu supplémentaire ou difforme qui bloque la circulation de l'air par le nez et la bouche.

Traiter l'apnée du sommeil avec une thérapie d'appareils buccaux

Un appareil buccal ressemble à un protège-dents ou à un dispositif de retenue orthodontique. Cet appareil buccal peut vous aider à réduire le ronflement et à vous assurer que vos voies respiratoires sont ouvertes toute la nuit.

L'apnée obstructive du sommeil est généralement traitée avec une thérapie de pression des voies aériennes continue ou CPAP. Ce type de thérapie nécessite le port d'un masque qui souffle l'air dans les voies respiratoires pour les maintenir ouvertes. Le masque est porté uniquement pendant le sommeil. Cependant, la plupart des gens trouvent mal à l'aise de porter ce masque. Si vous ne supportez pas la PPC, un appareil buccal vous conviendra peut-être mieux.

Des dispositifs buccaux peuvent être prescrits aux patients souffrant d'apnée légère du sommeil. Ces appareils buccaux sont fabriqués sur mesure par les dentistes. Votre dentiste vous montrera comment le porter et le nettoyer correctement. Bien que les appareils buccaux ne soient pas efficaces en tant que thérapie de pression des voies aériennes continues, de nombreuses personnes préfèrent utiliser un appareil dentaire, car il est beaucoup plus confortable et ses effets secondaires sont minimes.

Les derniers traitements pour l'apnée obstructive du sommeil

L'apnée obstructive du sommeil affecte plus de 18 millions d'adultes américains. Étant donné que ce trouble du sommeil grandit et affecte de plus en plus de personnes chaque jour, les scientifiques du sommeil font de leur mieux pour proposer de nouveaux traitements qui aideront les patients à mieux dormir et à mener une vie meilleure et plus productive. Les traitements les plus récents pour l'AOS sont la stimulation nerveuse hypoglosse et le traitement par pression positive des voies respiratoires à l'expiration.

Stimulation du nerf hypoglosse

Ce type de traitement de l'apnée du sommeil a été approuvé par la FDA en 2014. Il comprend l'implantation d'un petit dispositif dans la poitrine pouvant être activé et désactivé par le patient. Pendant le sommeil, l’appareil surveille la respiration du patient et stimule le nerf hypoglosse afin de maintenir les voies respiratoires supérieures ouvertes. Ce type de traitement étant invasif, il est recommandé de ne pas aider les patients avec les traitements OSA standard.

Pression positive des voies aériennes expiratoire

La thérapie EPAP consiste à placer des valves adhésives jetables sur le nez pendant votre sommeil. L’appareil garantit que les voies respiratoires du patient sont ouvertes pendant l’inspiration et l’expiration.

Apnée centrale du sommeil

L'apnée centrale du sommeil est plus rare que l'apnée obstructive du sommeil. Les personnes atteintes de ce trouble souffrent de troubles respiratoires au cours du sommeil. Contrairement à l'apnée obstructive du sommeil, dans l'apnée centrale du sommeil, la respiration s'arrête à cause du fonctionnement du cerveau. Le cerveau ne dit pas à vos muscles de respirer pendant une courte période. Ce type d'apnée du sommeil est souvent associé à de graves problèmes de santé et à des maladies affectant le tronc cérébral inférieur.

Les affections pouvant être associées à l'apnée centrale du sommeil sont l'insuffisance cardiaque congestive, l'hypothyroïdie et l'insuffisance rénale. Certaines maladies neurologiques telles que la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer peuvent également causer l’apnée centrale du sommeil. Les dommages causés au tronc cérébral inférieur par une blessure ou un accident vasculaire cérébral peuvent également conduire à l'apnée du sommeil central. Les symptômes, le diagnostic et le traitement sont les mêmes que pour l'apnée obstructive du sommeil.

Troubles centraux de l'hypersomnolence

La narcolepsie est le trouble de l'hypersomnolence le plus connu. Ces troubles du sommeil sont également appelés troubles de la somnolence excessive car ils se caractérisent par une somnolence diurne qui n'est pas causée par un sommeil nocturne perturbé ou une horloge interne mal alignée.

Somnolence excessive

De mauvaises habitudes de sommeil provoquent généralement une somnolence excessive. Pour traiter efficacement ce problème, il est recommandé de revoir vos routines, vos programmes et l’environnement dans lequel vous dormez. Ainsi, vous pourrez identifier un problème potentiel et procéder à des ajustements pour améliorer votre sommeil.

Causes de somnolence excessive

La principale cause de somnolence excessive est un sommeil insuffisant. Dormir moins que les 8 heures recommandées par nuit entraînera de l'irritabilité, de la somnolence et du stress. La privation de sommeil vous fera également vous sentir déprimé et sous-productif, d'autant plus que votre dette de sommeil s'accumule avec le temps.

Si vous adoptez des habitudes de sommeil saines, par exemple en évitant la caféine et la lumière bleue le soir et en respectant un horaire de coucher régulier, le problème peut être lié à la qualité de votre sommeil. Une mauvaise qualité de sommeil signifie que votre sommeil est interrompu ou pas assez profond pour avoir un effet réparateur.

Si vous vous réveillez souvent la nuit, évitez les appareils électroniques avant de vous coucher et veillez à ce que votre chambre soit sombre, confortable et raisonnablement fraîche.

Si vous pensez que votre sommeil est interrompu pendant la nuit mais que vous vous réveillez fatigué le matin, vous risquez de souffrir d'apnée du sommeil, ce qui réduit considérablement la qualité du sommeil.

Une somnolence excessive peut aussi être causée par un changement d'horaire causé par des horaires de travail serrés ou des responsabilités scolaires. Les travailleurs postés sont ceux qui courent le plus grand risque de somnolence excessive. Comme leur heure de sommeil n'est pas dans les heures où ils devraient l'être, ils ont des difficultés à s'endormir. Notre corps a besoin de temps pour s'adapter à un nouvel horaire de sommeil. Malheureusement, parfois, lorsque leur corps s’ajuste, leur horaire de travail change à nouveau et ils sont de retour au début. C'est pourquoi les travailleurs postés ont tellement de problèmes de sommeil.

Traitement pour somnolence excessive

Si vous avez essayé d’améliorer vos habitudes de sommeil tout en restant somnolent pendant la journée, parlez-en à votre médecin ou demandez à un spécialiste du sommeil de vous le recommander.

Certains médicaments peuvent être utilisés pour traiter la somnolence diurne. Les médicaments contre la somnolence excessive sont destinés à augmenter votre niveau d'éveil et de vigilance. Cependant, il est toujours essentiel de ne pas conduire et de faire quelque chose qui pourrait être potentiellement dangereux avant de voir comment les médicaments fonctionnent pour vous.

Narcolepsie

La narcolepsie est un trouble du sommeil caractérisé par une somnolence diurne incontrôlable. Cette somnolence est causée par un dysfonctionnement du cerveau qui contrôle le sommeil et le réveil. Un individu souffrant de narcolepsie a l'impression de souffrir d'attaques de sommeil alors qu'il est en train de travailler, de parler et de conduire. Les crises de sommeil peuvent survenir à tout moment de la journée et pendant toute activité.

Le cycle de sommeil normal comprend cinq étapes de sommeil. Au cours de ces étapes, une personne passe du sommeil léger au sommeil profond en passant par le stade REM. Les mouvements oculaires rapides ou le sommeil paradoxal surviennent généralement 90 minutes à des stades de sommeil plus profonds. Cependant, si vous souffrez de narcolepsie, votre sommeil paradoxal se produira presque immédiatement après votre sommeil, ainsi que de façon périodique pendant les heures de réveil. Pendant le sommeil paradoxal, nous faisons l'expérience de rêves et d'une paralysie musculaire, ce qui peut expliquer certains des symptômes de la narcolepsie.

Ce trouble du sommeil commence généralement lorsqu'une personne a entre 15 et 25 ans. Cependant, cela peut devenir apparent à tout âge. La narcolepsie est souvent non diagnostiquée et, par conséquent, non traitée.

Causes de la narcolepsie

Les causes de la narcolepsie sont inconnues. Les experts du sommeil ont découvert que la narcolepsie associée à la cataplexie est causée par la perte d’une substance chimique dans le cerveau appelée hypocrétine. L'hypocrétine est un composé chimique responsable de nous maintenir éveillés et alertes. Cela aide également à réguler notre horloge interne. Sans hypocrétine, il est difficile, voire impossible, de rester éveillé. La personne souffrant de narcolepsie éprouve également des perturbations dans les cycles normaux veille-sommeil. Très probablement, la narcolepsie est causée par plusieurs facteurs qui perturbent le fonctionnement neurologique normal et la perturbation du sommeil paradoxal.(24)

Symptômes de la narcolepsie

Les symptômes de la narcolepsie comprennent une somnolence diurne incontrôlable, une cataplexie, des hallucinations et une paralysie du sommeil.

Une somnolence diurne excessive se produit tous les jours, peu importe si une personne atteinte de narcolepsie a suffisamment dormi la nuit précédente. Les personnes souffrant de narcolepsie signalent également un manque d'énergie et de concentration, des oublis de mémoire, une humeur dépressive et un épuisement extrême.

La cataplexie est une perte soudaine de tonus musculaire qui se manifeste par une sensation de faiblesse et une perte de contrôle musculaire. Selon les muscles impliqués, cela peut causer un certain nombre de problèmes, allant de troubles de la parole à l’effondrement total du corps. Ce symptôme est souvent déclenché par des émotions intenses telles que le rire ou la colère.

Les hallucinations sont principalement visuelles, mais parfois d'autres sens peuvent être impliqués. Enfin, la paralysie du sommeil affecte l'incapacité temporaire de bouger ou de parler tout en s'endormant ou en se réveillant. Il se produit par épisodes et dure quelques secondes ou plusieurs minutes.

Diagnostic de narcolepsie

Pour bien diagnostiquer la narcolepsie, le patient doit subir un examen physique. Les antécédents médicaux et de sommeil doivent également être vérifiés. Deux tests spécialisés de la narcolepsie sont le polysomnogramme et le test de latence multiple du sommeil. Le polysomnogramme aidera à établir des anomalies dans le cycle du sommeil et à déterminer quand le sommeil paradoxal survient à des moments anormaux. Le test de latence multiple du sommeil est effectué pendant la journée et sert à mesurer la tendance d’un individu à s’endormir.

Traitement de la narcolepsie

À l'heure actuelle, la narcolepsie n'est pas guérie, mais il existe des médicaments et des traitements comportementaux qui peuvent soulager les symptômes afin que les personnes touchées puissent mener une vie normale et productive. La somnolence est traitée avec des stimulants à base d'amphétamine. Les symptômes de sommeil paradoxal anormaux sont traités avec des antidépresseurs. Les pharmacologues ont récemment mis au point un médicament appelé Xyrem qui aide les personnes souffrant de narcolepsie avec cataplexie à avoir une meilleure nuit de sommeil et à se sentir moins endormies pendant la journée.

Hypersomnie idiopathique

Chaque personne a des besoins de sommeil uniques. Alors que certains ont besoin de huit à neuf heures de sommeil pour se rafraîchir le matin, d’autres se sentent bien avec seulement six heures de sommeil par nuit. Si vous dormez plus de dix heures chaque nuit et faites quelques longues siestes pendant la journée, et que vous vous sentez toujours fatigué et assoupi, vous souffrez probablement d'hypersomnie idiopathique, également appelée somnolence extrême.

Les personnes atteintes d'hypersomnie idiopathique souffrent d'épisodes de somnolence extrême, constants ou fréquents. Une somnolence extrême est généralement causée par un autre trouble du sommeil ou une affection telle que la narcolepsie, l'apnée obstructive du sommeil, le trouble du sommeil paradoxal, etc.

Si vous ne dormez pas mieux, il est conseillé de consulter un médecin ou un spécialiste du sommeil sur la durée et l'intensité de vos symptômes. Vous souffrez probablement d'hypersomnie idiopathique si vos symptômes durent au moins six mois, si vos résultats de polysomnographie sont normaux et si votre affection n'est pas causée par une autre maladie médicale ou mentale ni par une blessure à la tête.

Les traitements les plus courants pour ce trouble du sommeil sont les médicaments stimulants. Cependant, ces médicaments ne remplacent pas le sommeil. Les personnes atteintes d'hypersomnie idiopathique dorment souvent plus longtemps que les autres, même lorsqu'elles utilisent de tels médicaments.

Troubles du sommeil du rythme circadien

Les troubles du sommeil liés au rythme circadien ont une incidence sur le rythme du sommeil. Les personnes atteintes de ces troubles sont incapables de s'endormir et de se réveiller aux moments généralement nécessaires au travail, à l'école ou pour d'autres besoins sociaux. Parmi les troubles du sommeil du rythme circadien les plus courants, on trouve les troubles veille-sommeil de moins de 24 heures, les troubles du travail posté, les troubles de la phase de sommeil retardé.

Trouble veille-sommeil non sur 24 heures

Ce trouble du sommeil affecte la régulation et la synchronisation normales de notre rythme circadien ou de notre horloge interne sur 24 heures. Puisque la lumière régit principalement le cycle de sommeil et de veille, le trouble veille-sommeil non commun est un problème de sommeil fréquent chez les personnes aveugles. En raison du manque d'informations lumineuses reçues des yeux, leur horloge interne ne peut pas réguler correctement le cycle jour / nuit de 24 heures.

En conséquence, leur horloge interne retourne à une période de moins de 24 heures, caractérisée par des périodes fluctuantes de bon sommeil, de manque de sommeil et de somnolence diurne excessive. Bien que ce trouble du sommeil affecte principalement les personnes aveugles, il peut également se produire chez des personnes en bonne santé, mais il est généralement temporaire et provoqué par le stress, les horaires chargés et similaires.

Trouble du sommeil

Les troubles du sommeil au travail par quarts surviennent lorsque votre horaire de travail et votre horloge interne ne sont pas synchronisés. Les personnes atteintes de ce trouble doivent travailler de nuit ou en rotation. Le principal problème est que vous êtes obligé de rester éveillé quand vous devriez dormir et vice versa. Un problème se pose lorsque vous avez du mal à dormir ou vous avez du mal à rester vigilant quand vous êtes censé être éveillé.

Si vous êtes privé de sommeil, vous aurez peut-être de la difficulté à lutter contre la somnolence au travail. Cela peut également affecter votre productivité et augmenter le risque de blessure.

Réduisez l'impact du travail posté sur votre sommeil

Le meilleur moyen de réduire l’impact du travail posté sur votre shuteye est de prendre des pauses régulières. Si possible, essayez de minimiser la fréquence des changements de poste. Lorsque vous devez changer de quart de travail, demandez-en un qui soit plus tard que plus tôt, car notre corps s’ajuste plus facilement si nous avançons dans le temps. Essayez de réguler votre rythme circadien en augmentant l’exposition à la lumière au travail et en la limitant au moment de dormir.

Gérez votre horaire de travail par quarts

Si vous avez le contrôle de votre horaire de travail, vous pouvez faire certaines choses pour faciliter le réglage. Par exemple, si vous travaillez souvent la nuit, essayez de garder le même horaire de sommeil et de réveil chaque jour, même lorsque vous êtes en congé. Cela vous aidera à améliorer la qualité de votre sommeil et à réguler votre rythme circadien. Un bon sommeil est essentiel pour rester vigilant au travail pendant votre quart de travail.

Si vous faites souvent pivoter des équipes, tournez-les dans le sens des aiguilles d'une montre pour un réglage plus facile. Par exemple, passez d'un poste de jour à un poste de nuit puis à un poste de nuit. Une rotation en sens inverse ou sans motif perturbera votre sommeil. Il est également important de régler votre sommeil et votre heure de réveil progressivement.

Trouble de phase de sommeil retardé

Le retard de phase du sommeil est un état de santé caractérisé par une horloge interne retardée. En conséquence, les personnes souffrant de ce trouble vont se coucher et se réveillent beaucoup plus tard que les autres personnes. Il est important de garder à l'esprit que ce n'est pas une préférence. C'est un trouble qui vous empêche de garder des heures normales. Les personnes atteintes d’un trouble de la phase de sommeil retardé ne peuvent pas se rendre à leurs cours du matin et ne peuvent pas conserver un emploi de 9 à 5. Malgré tous leurs efforts, ces personnes ne peuvent pas s’endormir avant 2 heures-6 heures.

Un fait très intéressant est que, lorsqu'ils sont autorisés à conserver leurs propres heures (par exemple, pendant leurs vacances ou leurs vacances scolaires), leur rythme circadien est rétabli. Ce trouble du sommeil est principalement ressenti par les adolescents, et la plupart d’eux le recouvrent avec l’âge.

Si une personne continue à lutter avec une horloge interne retardée, la luminothérapie et la chronothérapie sont recommandées et aident principalement.

Décalage horaire

Le décalage horaire est une perturbation temporaire du sommeil qui se produit lorsque vous traversez des fuseaux horaires. Les symptômes comprennent la somnolence diurne, la fatigue, les maux de tête, les problèmes d’estomac et l’insomnie. Les symptômes sont plus prononcés lorsque le vol est long. Voler vers l'est a également tendance à causer des symptômes plus graves que le vol vers l'ouest. En règle générale, une personne n'a besoin que d'un jour par fuseau horaire pour s'adapter au nouveau fuseau horaire. Donc, si vous avez volé de Los Angeles à New York et passé trois fuseaux horaires, vous devriez aller bien après trois jours.

Comment réduire le décalage horaire

Il est possible de réinitialiser votre rythme circadien lorsque vous traversez des fuseaux horaires. Si vous traversez plusieurs fuseaux horaires, vous devez ajuster votre temps de sommeil progressivement. En fonction du fuseau horaire que vous devez ajuster, vous devriez vous coucher une demi-heure plus tôt que d'habitude et vous lever également une demi-heure plus tôt. Le lendemain, va se coucher et se lève une heure plus tôt. La veille de votre voyage, vous devriez vous coucher et vous lever 90 minutes plus tôt. Le jour de votre voyage, vous devez vous adapter plus facilement et plus rapidement au nouveau fuseau horaire.

Vous exposer au soleil devrait également vous aider à régler votre horloge interne sur la nouvelle heure. Si vous vous sentez somnolent, évitez la caféine car cela ne ferait qu'aggraver votre problème.

Parasomnies

Les parasomnies sont des troubles du sommeil caractérisés par un mouvement physique indésirable, un comportement ou une action pendant le sommeil. Les parasomnies les plus courantes, également connues sous le nom de troubles anormaux du comportement du sommeil, sont les troubles du comportement du sommeil paradoxal, les troubles du sommeil, les troubles du sommeil et les cauchemars.

Trouble du comportement du sommeil paradoxal

Le principal problème des personnes qui souffrent d'un trouble du comportement du sommeil paradoxal est de réaliser leurs rêves, ce qui, dans la plupart des cas, conduit à s'automutiler ou à blesser une autre personne. Que signifie jouer un rêve? Pour la plupart d’entre nous, rêver est une activité qui reste mentale, c’est-à-dire qu’elle n’implique aucun mouvement physique ni conversation. Les rêves se produisent dans notre esprit et, aussi vifs et passionnants qu’ils soient, notre corps reste toujours au repos. Cependant, les personnes atteintes de DBC bougent physiquement les bras et les jambes ou commencent à frapper et à frapper au lit. Tandis que certaines personnes atteintes de MTR se lèvent souvent et exercent différentes activités que nous faisons normalement quand nous sommes éveillés, d'autres parlent dans leur sommeil ou même crient et hurlent.

Un trouble du comportement en sommeil paradoxal est généralement constaté lorsqu'il met en péril la sécurité du dormeur ou de son partenaire de lit. Réaliser un rêve mène souvent à l'automutilation. Cependant, dans la plupart des cas, le partenaire du lit est celui qui se blesse physiquement, en particulier si la personne souffrant de RBD frappe et frappe au lit.

Causes de RBD

In order to comprehend RBD, we must be aware that during sleep, we transition between three states – wakefulness, REM sleep, and non REM sleep. Each state and stage of sleep has its own unique characteristics.

REM sleep stage is the most important for understanding this disorder. In REM sleep behavior disorders, the neurological barriers between three main states of sleep break down or misfunction. Due to neurological dysfunction, characteristics of one state invades the other and vice versa. Sleep researchers do not know what affects these neurological barriers and cause them to break down. The neurological barriers between three main stages of sleep are also altered in narcolepsy and parasomnias. Rapid eye movement is characterized by temporary muscle paralysis and associated with dreaming

Since individuals suffering from RBD lack muscle paralysis that normally occurs during REM sleep, they are enabled to act out their dreams. RBD sufferers don’t act out their dreams immediately. Sleep talking or jerking during dreaming can last for years before the symptoms of this disorder fully develop.

Treatment of RBD

Good news for all RBD sufferers is that when the proper diagnosis is set, the condition can be successfully treated. In 90% of the cases, a drug from the group of benzodiazepines, called clonazepam, successfully eliminates REM sleep behavior disorder. The advantage of using this medication is that it doesn’t develop tolerance, even during extended use that lasts for years. If clonazepam doesn’t work, a sleep specialist may recommend antidepressants or melatonin to reduce the violent behavior.

Creating a safe sleep environment is vital to prevent injuries. All sharp or breakable objects from the area near the bed should be removed. The doors and windows in your home should be locked during the night.

Sleep Talking (Somniloquy)

Sleep talking is a sleep disorder that is characterized by talking during sleep without being aware of it. Sleep talking can include mumbling, complete nonsense or complicated dialogues or monologues. This sleep disorder is very rare, and in most cases, only a temporary issue. Although anyone can experience sleep talking, it is more common in children and males.

Sleep-talkers are not aware of their speech, so it is not unusual if their voices or type of language sound completely different from wakeful talking. Sometimes, sleep talking can be triggered by conversing with the sleeper. It can also be spontaneous.

When it comes to the content of sleep talking, it may be complete nonsense, or it can relate to past events, and experiences. Sleep experts claim sleep talking is not a product of a conscious or rational mind. Although it’s not physically harmful or dangerous, this sleep disorder can cause embarrassment or annoy a bed partner or a roommate.

Causes of Sleep Talking

Sleep talking is a temporary condition. It may be caused by different external and internal factors, such as stress, sleep deprivation, anxiety, alcohol, fever and so on. External factors typically stimulate the behavior. This disorder can also occur together with nightmares, sleep apnea, and REM sleep behavior disorder. In rarer cases, sleep talking is associated with a mental or medical disease.

Symptoms of Sleep Talking

Signs of sleep talking can be of different severity and duration and can occur during any stage of sleep. In light sleep, speech is more comprehensible, and in the deeper stages of sleep, the speech is more incomprehensible. The number of sleep talking episodes per night, as well as its duration, determines the severity of the disorder.

Based on severity, sleep talking can be mild, moderate or severe, and based on duration; it can be acute, subacute and chronic.

Apart from talking during sleep, other symptoms may appear, such as sleepwalking, nightmares, sleep apnea, nocturnal seizures, REM sleep behavior disorder, and confusional arousals.

Sleep Talking Treatment

Typically, no treatment is necessary for sleep talking. If you experience this problem for a more extended period, it is best to consult with your doctor and look for an underlying medical explanation. In most cases, sleep talking is triggered by stress or by another undiagnosed sleep disorder.

Practicing good sleep habits such as sleeping eight hours per night and sticking to a regular sleep schedule can reduce the frequency and severity of sleep talking. To reduce sleep talking, also stay away from alcohol, heavy meals and stress.

Sleepwalking (Somnambulism)

This sleep behavior disorder is characterized by walking or performing other behaviors while asleep. Somnambulism is much common if a person is sleep deprived. Since sleepwalking occurs during stages of deep sleep, the sleepwalker may have difficulties to be awakened. Individuals affected by this sleep disorder do not remember their sleepwalking incidents.

Symptoms of Sleepwalking

Symptoms of sleepwalking include sitting up in bed and looking around, walking around the house or outside, and even driving.

It is a common misconception we mustn’t wake up a sleepwalker. A sleepwalker should be awakened. Otherwise, we put his safety in danger.

Other symptoms may include sleep talking, inappropriate behavior such as urinating in closets, screaming, violent attacks on the person trying to awake the sleeper and so on. Inappropriate behavior is more common in children while screaming only occurs when in conjunction with nightmares and sleep terrors.

Causes and Triggers of Sleepwalking

Causes are mostly unknown. However, sleepwalking can be triggered by sleep deprivation, certain medications with a sedative effect, alcohol, and febrile illnesses. Sleepwalking is mainly experienced by children between the ages of three and seven. Bedwetting and sleep terrors also commonly occur with sleepwalking.

Sleepwalking Treatment

There is no specific treatment for this sleep issue. In many cases, practicing healthy sleep habits eliminates the problem. If the problem persists, your doctor may recommend medical therapy such as sedative-hypnotics or antidepressants. Many adults have successfully treated sleepwalking with hypnosis.

Creating a safe sleep environment is vital to prevent injury during sleepwalking episodes. If your child is sleepwalking, it should not sleep in a bunk bed. All sharp or breakable objects from the area near the bed should be removed. The doors and windows in your home should be locked during the night. Install gates on stairways will also help prevent injury.

Nightmares and Sleep Terrors

Nightmares are dreams with vivid and disturbing content that often causes the sleeper to wake up immediately and recall of the dream. Nightmares are more common in children but can also occur in adults. Sleep terrors are considered extreme nightmares, and they are also typically common in children. However, unlike nightmares that occur during REM sleep, sleep terrors occur during non-REM sleep.

Sleep terrors are accompanied by arousal, agitation, and sweating. The sleeper also has large pupils and increased blood pressure. Usually, the child screams in terror and remains terrified for a few minutes. After they relax, they fall asleep again. The child typically doesn’t remember the dream or has an unclear memory of it.

Sleep-Related Movement Disorders

These sleep disorders are characterized by simple, and repeating movements during sleep or wake. These rhythmic movements often disturb the sleep of the patient and his bed partner. Most common sleep-related movement disorders are restless legs syndrome, periodic limb movement in sleep and teeth grinding or bruxism.

Restless Legs Syndrome (Willis-Ekbom Disease)

Restless legs syndrome is a sleep disorder characterized by involuntary rhythmic movements of legs while at rest. The desire to move the legs is often followed by unpleasant sensations that are alleviated by movement or pressure.

Since symptoms of are most severe in the evening and during night, they can severely disrupt a patient’s sleep and daily life. Movements can occur periodically or cluster in episodes that can last a few minutes or even a few hours. Restless legs syndrome is not similar to normal muscle spasms that we tend to experience during sleep or while trying to fall asleep.(19)

Causes of RLS

The causes of this sleep disorder are still unknown. The issue can be caused by other medical conditions such as Parkinson’s disease and narcolepsy. Restless legs syndrome can also be caused by antidepressants.

Symptoms or Restless Legs Syndrome

Symptoms include involuntary leg movements. Sometimes, a partial flexing of the ankle, knee, or hip can occur. The movements can cause a partial or full brief awakening. However, patients are often unaware of the movements.

People have difficulties describing the sensations that make them rhythmically move their legs. Sometimes, the sensations are described as “ants crawling through legs” or “soda running through veins”.

Do I have Restless Legs Syndrome?

If you are worried you may have RLS, answer the following questions. If most of your answers are “yes”, you should further discuss your symptoms with your health care professional.

  • Do you have strong desire to move your legs when you sit or lie down?
  • Is your urge to move your legs impossible to resist?
  • Do you experience unpleasant sensations that are alleviated when you move your legs?
  • Can these sensations be described as creeping, itching, pulling or similar?
  • Does your urge to move the legs appear when you are resting?
  • Does moving your legs make you feel better?
  • Do symptoms aggravate at night?
  • Have your symptoms disrupted the sleep of your bed partner?
  • Do you ever have involuntary leg movements while awake?
  • Do any of your family members have similar symptoms?

Restless Legs Syndrome Diagnosis

If you are sharing a bed with a partner, he or she will notice your problems sooner or later. In fact, restless leg syndrome affects the partner more than the person suffering. Proper diagnosing requires having a polysomnogram test that will record all bodily functions during sleep. Blood work may also be necessary to test your iron status, folic acid, vitamin B12, magnesium levels and so forth.

Restless Legs Syndrome Treatment

Restless legs syndrome is a treatable condition. Lifestyle changes are the first step towards alleviating and controlling some of the symptoms.

Medical Treatment for RLS

There is no cure for restless leg syndrome. However, anticonvulsant medications mostly treat restless leg syndrome. Benzodiazepines and narcotics also work well. Doctors and sleep specialists recommend using anti-Parkinson’s type of medicines as the first line of defense because they work the best. Using these drugs significantly reduce or eliminate the symptoms of the disorder.

RLS drugs approved by the FDA are Horizant, Mirapex and Requip. all three drugs are used to treat moderate or severe primary RLS. However, since Requip is used to treat Parkinson disease, it must be given at lower doses.

In addition, there are several medications that are not primarily used to treat RLS, but have been shown to alleviate RLS symptoms. Dopaminergic agonists and agents relieve the symptoms, while benzodiazepines and opiates induce relaxation, relieve unpleasant sensations and ensure less disturbed sleep.

Foot Wrap Treatment for RLS

This non-pharmacological treatment includes using a specially designed foot wrap at night in order to relieve the symptoms of RLS. The foot wrap applies continuous pressure to targeted foot muscles and signalizes the brain to relax the muscles of the leg, alleviating symptoms of this sleep disorder.

Vein Treatment for RLS

Studies suggest that RLS symptom relief can be achieved by treating varicose veins in the legs with a non-surgical procedure called sclerotherapy. Sclerotherapy is pain free, and takes about an hour to complete. The patient can immediately walk after the procedure and resume his daily activities. However, this should be done only if your doctor determines that your issue is caused by an underlying vein problem.

Home Treatment of RLS

In addition to lifestyle changes, a number of self-directed activities can help you manage the symptoms of restless legs disorder. Such activities include walking, stretching, legs massage, hot or cold packs, and similar. Practicing relaxation techniques such as meditation or yoga can also help you alleviate the symptoms.

Periodic Limb Movement Disorder

Periodic limb movement disorder is characterized by involuntary movement of arms and legs. The rhythmic movements typically seem like brief muscle twitches or jerking and occur every 20-40 seconds. The symptoms often cluster into episodes that can last from a few minutes to a couple of hours.

Cause of PLMS

The cause of this sleep disorder is unknown. Doctors and sleep specialists believe an underlying cause exists in the patient’s nervous system. This disorder is not considered very serious. However, since it disturbs sleep, it can lead to daily fatigue or insomnia. In rarer cases, PLMS can be caused by severe medical conditions such as kidney disease or diabetes.

Symptoms of PLMS

Patients usually experience an irresistible desire to move their arms or legs. Individuals mostly have the urge to move their legs. The urge is often followed by unpleasant sensations in the calves or thighs. These sensations may keep you awake at night or even wake you up from your sleep.

People suffering from PLMS sometimes don’t experience symptoms or aren’t aware of them. The patient’s bed partner is usually the first one who notices these movements.

Treatment of PLMS

Physicians recommend treating PLMS only when it’s accompanied by RLS, insomnia, and fatigue. If you think you suffer from periodic leg movement disorder, it is best to consult with your family doctor.

Teeth Grinding (Bruxism)

Nocturnal tooth grinding, also known as sleep bruxism is a common condition that affects around 8% of adults. Teeth grinding is more common in children, and it is estimated that approximately 1/3 of parents have a child that experienced symptoms of this condition.

Causes of Bruxism

Cause of teeth grinding is mostly unknown. Temporary nocturnal teeth grinding is usually caused by stress. Some studies link bruxism with alcohol consumption, smoking, caffeine, snoring, and fatigue. Some medications such as amphetamines can cause nocturnal teeth grinding. Internal factors do not contribute to bruxism. In most cases, the issue is caused by idiopathic reasons or external factors.

Symptoms of Teeth Grinding

Occasional teeth grinding is not harmful. However, if it occurs regularly, it may lead to permanent dental damage, facial pain, and interrupted sleep. Common symptoms of this condition are worn down teeth, headaches, earaches, sore gums, teeth, and jaw. If the symptoms are severe, the patient can experience interrupted sleep.

If you have bruxism, it is essential to take action before permanent dental damage occurs. You can consult with a sleep expert or your dentist. A sleep specialist will teach you how to reduce stress and relax before bed, while a dentist will make an oral appliance that will protect your teeth from damage.

Treatment of Bruxism

Since stress and anxiety often cause this condition, it is recommended to minimize it. Symptoms in children usually disappear on their own. For persistent and severe cases, a dentist may suggest wearing an oral appliance that will protect your teeth. Jaw-aligning exercises may also help alleviate the symptoms.

Overcoming a Sleep Disorder

The first toward overcoming a sleep disorder is to identify and track your symptoms carefully. It is also important to track your sleep pattern. To keep track efficiently, downloading a sleep app or keeping a sleep diary should be sufficient.

Your focus should be to pinpoint day and nighttime habits that may be contributing to your sleep problems. Keeping track of your sleep pattern will also be helpful if you decide to visit a doctor. Make sure your sleep diary is as detailed as possible because it can reveal how certain behaviors and activities can prevent you from getting a good night’s rest.

Self-Help for Sleep Disorders

Most sleep disorders such as narcolepsy and sleep apnea require professional help. However, there are also ways you improve your sleeping problems and help yourself.

The first step is to improve your sleep hygiene. Proper sleep hygiene consists of keeping a consistent sleep schedule, healthy stress management, healthy eating, regular exercising and limiting your intake of drinks and foods that can disrupt your sleep. Limiting alcohol and nicotine is also helpful.

Developing a soothing bedtime routine that helps our mind unwind and prepare to sleep is also important. You should also make sure your bedroom is quiet, dark, and cool, and that your bed is comfortable.

When to Call a Doctor

If improving your sleep habits didn’t work, it is recommended to visit a sleep specialist or ask your family doctor for help. Schedule an appointment if the following applies to you:

  • Your main sleep problem is daytime sleepiness
  • Self-help hasn’t improved your symptoms
  • You or your bed partner chokes or stops breathing during sleep
  • You sometimes fall asleep at inappropriate times (such as while talking, walking, or eating)

When visiting a doctor, make sure you provide him information from your sleep diary. In order to determine whether or not you have a serious sleep problem that requires medical treatment, a specialist will have to do a polysomnogram test, as well a series of other analyses, such as blood work. After diagnosis, a sleep expert will design a unique treatment program that will alleviate or completely eliminate the symptoms of your sleep disorder.

Resources and references:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *